Sélection de villages décentralisés

La sélection des villages d'intervention des projets de développement sur la base de critères connus par tous et avec la participation des bénéficiaires

Information

← Revenir aux informations
hbonkoungou@hotmail.com
BF Burkina Faso
Site internet Inconnue
Maturité

Concept

A propos du projet Éditer

Dès le démarrage de la phase pilote, du programme Plates Formes Multifonctionnelles (PTFM) du Burkina Faso en 2000 l’association TIN TUA a mis en place un comité de sélection au niveau de son siège. Très vite, l’engouement suscité par les PTFM est fort et les demandes affluent. En 2006, ce comité devait analyser plus de 300 dossiers par an pour une quinzaine de PTFM à installer. Le temps d’instruction et d’analyse des dossiers étaient très longs. Les choix étaient difficiles à opérer depuis le siège avec peu de visibilité sur les réalités spécifiques des villages, (l’EST du Burkina compte 5 provinces et plus de 670 Villages) des risques de manque de transparence dans les décisions ainsi que celui de choisir des villages « à problèmes ». L’association Tin Tua « Développons-nous nous-mêmes » en langue Gourmanché, est une organisation très développée sur le terrain autour de “Diéma“ (Union d’au moins 15 groupements villageois géographiquement proche et qui ont la volonté de travailler ensemble), structures décentralisées de l’association. Dix sept Diéma, composés d’environ 500 groupements à la base, regroupent en leur sein près de 10 000 membres et sont donc très représentatifs des villages et des groupements qu’ils appuient d’autant que les membres des Diéma sont élus pour quatre ans par les groupements. Le comité de sélection a donc pris la décision de décentraliser les comités de sélection des bénéficiaires au niveau des Diéma. Ainsi, le dispositif suivant a été mis en place:
- Un Comité d’Affectation et de Validation (CAV) rattaché au siège de Tin Tua. Il est chargé d’opérer annuellement la répartition des PTFM à implanter par zone d’intervention. Ce comité est formé par tous les agents de la CAC et des autres chefs de services de TIN TUA.
- Des Comités d'Analyse et de Sélection des demandes dans chaque Diéma: Une fois que cette répartition est faite, c’est au Comité d’Analyse et de Sélection (CAS) au niveau Diéma que revient la sélection des villages bénéficiaires. Les CAS sont composés de 5 membres permanents, dont les responsables du DIEMA et de 3 observateurs :l’animateur chargé du suivi des PTFM, un représentant du siège de Tin Tua et un représentant de la CAC. Ils siègent au minimum une fois par an en fonction du nombre de PTFM programmées pour la zone de couverture du Diéma, et du nombre de demandes recevables pour lancer le processus de sélection. Les communes sont impliquées de deux façons : elles relayent les demandes de certains villages, le CAS les consulte pour qu’elles donnent leur avis lors de l’établissement de la liste des villages prioritaires, renvoyée au CAV qui établit sur cette base la programmation annuelle. Maintenant que le dispositif est à maturité, il devrait intégrer les collectivités locales à tous les niveaux de la sélection en fonction des plans de développement locaux.
C'est donc devant ces comités de proximité que chaque village demandeur s'adresse désormais et défend son dossier pour l'intervention du programme dans son village. Les villages non retenus ont la possibilité de savoir pourquoi leur demande n'a pas été retenue et les forces des demandes des villages retenus par rapport aux leurs.

En quoi ce projet est-il singulier et créatif ? Éditer

Contrairement à l'approche traditionnelle des projets de développement, ou le choix des bénéficiaires est fait par les acteurs d'animation du projet sur la base de critères qui ne sont connus que par ces derniers, cette nouvelle approche est singulière car le processus de sélection des villages d'intervention du programme est fait de façon transparente avec la participation des premiers bénéficiaires que sont les populations rurales.Une grille d’analyse des dossiers a été mise en place avec les Comités d’analyse et de sélection sur proposition de l'équipe projet. Elle comprend 3 grandes rubriques : la connaissance du village, la connaissance du groupement demandeur, et les facteurs sociaux économiques. De plus des visites terrains par les membres des CAS dans les villages demandeurs sont à effectuer pour s’entretenir avec les populations et confirmer ou infirmer les données de la pré-étude.

Quelle est la plus-value sociale du projet ? Éditer

Il y a la décentralisation de la décision d'intervenir dans un village qui est donnée aux Comités d’Analyse et de Sélection (CAS)des villages bénéficiaires. Ces comités sont mis en place au niveau de chaque Diéma et chaque village a la possibilité de venir présenter et défendre son dossier de candidature. De plus, chaque demandeur a la possibilité d'évaluer lui même ses propres chances de succès car les critères sont connus et acceptés par eux préalablement.
Cette démarche permet donc de responsabiliser encore plus les acteurs à la base, de développer une gestion de proximité avec les groupements villageois, d'analyser les dossiers avec plus de rigueur en toute connaissance de cause pour limiter les risques et opérer dans la transparence.

Quel est le potentiel de déploiement de cette initiative ? Éditer

La décision est transparente, partagée et décentralisée au niveau du terrain. Les critères de sélection sont clairs. Les Diémas qui effectueront le suivi sont parties prenantes dès le démarrage du processus. Pour la cellule d’appui conseil cela représente un gain de temps appréciable puisqu’elle est peu impliquée dans le processus, si ce n’est pour l’animation et le contrôle du dispositif. De plus, elle observe un gain de qualité et de fiabilité dans les résultats des actions conduites, car les villages sélectionnés sont très motivés et bien organisés.
Cette démarche est donc non seulement duplicable à l'intérieur de tous les programmes Plates formes multifonctionnelles des états membres de la CEDEAO et aussi à l'ensemble des projets et de programmes de développement en Afrique ou ailleurs dans le monde.

Quel a été le facteur déclenchant de ce projet ? Éditer

La sélection des villages est la clé de voûte d'un programme de développement. Elle doit se faire dans un système transparent et objectif. Si dès le départ le bon porteur est identifié, les risques de problèmes sont minimisés. La procédure de sélection responsabilise tous les niveaux du projet : le Groupement féminin villageois, le village, la commune, le Diéma, l’animateur, la CAC, l’ONG, c’est un gage de réussite de l’entreprise PTFM et des actions conduites.

Quel est le modèle économique de ce projet ? Éditer

Le processus est un peu lourd et suppose un investissement fort au démarrage. Lorsque le processus est bien rôdé, ces contraintes du démarrage s’estompent.
Pour la tenue d'une session du Comité d'Analyse et de Sélection (CAS) d'une zone donnée un besoin financier de 50 000 FCFA est suffisant mais en fonction des distances à parcourir cela peut varier. Les représentants des villages demandeurs assurent leurs frais de déplacement au lieu de la tenue de la rencontre.

Ce projet met-il en œuvre une forme d'intelligence collective et si oui, en quoi ? Éditer

Ce projet participe-t-il de la protection de l’environnement, et plus généralement, de la transition écologique ? Si oui, en quoi ? Éditer

JK


Références

Communauté du projet

0 fans and 0 members

Joindre l'équipe

Vous trouvez ce projet inspirant ?

 Discuss

Partenaires

Ce projet n'a pas de partenaires connus pour le moment.