L'Univers

Cinéma associatif à gestion collective

Information

← Revenir aux informations
16 rue Danton, 59000 LILLE
FR France
Site internet http://lunivers.org/
Maturité

Mature

A propos du projet Éditer

Cinéma associatif à gestion collective

CREATION - Décrivez le contexte local, la problématique à laquelle le projet souhaitait répondre, les étapes et les dates de la naissance du projet (fondateurs, naissance du collectif). Éditer

Tout a commencé avec une bande d'amis cinéphiles de divers horizons qui avaient investi ce cinéma d'Art et Essai : L'Univers. La Ville de Lille a fini par racheter le lieu en 1995 pour en faire un cinéma commercial avec trois ou quatre salariés. Cependant, après trois ans et suite à des problèmes financiers, c'est une association, L'Univers(Cité) qui a repris la gestion pour en faire un « Cinéma collectif  - Centre de l'image » en 1999. En 2001, un salarié est recruté pour faciliter la gestion quotidienne alors qu'un collectif de 48 associations membres s'est déjà formé. L'Univers passe à deux salariés en 2008 suite à la mise en place d'un Dispositif Local d'Accompagnement (DLA).

OBJECTIFS : Quelle est la finalité première du projet ? Quelles sont ses principales actions / réalisations ? Qui en sont les bénéficiaires directs et indirects ? Éditer

L'Univers est un outil au service de son collectif alors qu'il accueille les programmations de ses associations membres. Doté d'une salle d'exposition et d'une salle de projection de 95 places équipée d'un projecteur 35mm et d'un projecteur numérique, l'Univers se place ainsi comme un lieu d'expression à l'échelle de la Ville et de la métropole Lilloise.

L'Univers manifeste également sa volonté de concentrer une partie de son action à destination du jeune public. D'où la création des ateliers DIATLA (Des Images À Tous Les Âges) qui proposent aux enfants des ateliers autour de l'image, en fonction de leur tranche d'âge.

Des actions d'ensemble y sont également menées comme les 22 heures de L'Univers au cours desquelles toutes les Associations adhérentes peuvent proposer le film de leur choix et échanger également entre elles.

Le collectif sous l'égide de l'association l'Univers(cité) répond ainsi à plusieurs objectifs: le développement de l'action culturelle, l'organisation de l'activité au sein du cinéma mais également la mise en relation et l'autonomisation des associations ainsi que l'ouverture au public du quartier.

Pour ce qui est des bénéficiaires, il y a donc bien sûr les spectateurs (11658 en 2012) mais aussi les 65 associations membres (en 2012) qui peuvent programmer autant de projections qu'elles le souhaitent, dans la mesure où le calendrier le permet. Il faut ajouter à cela les personnes qui ne viennent que pour les expositions, ainsi que les enfants participant aux ateliers.

IMPACT : Quels sont les impacts du projet (décrire les effets positifs ou négatifs du projet: emplois, lien social, environnement, économie, etc...)? Quelle plus-value votre projet confère-t-il au territoire ? Éditer

L'Univers a réussi à s'associer à des centres sociaux et d'autres partenaires de son quartier (quartier Moulins) et ainsi à faire participer aux ateliers des enfants du quartier.

L'Univers a pu bénéficier pendant 3 ans de fonds publics pour des actions menées sur un travail de cohésion sociale à l'échelle de son quartier. En effet, le quartier de Moulins, situé au Sud de la Ville est un ancien quartier industriel socialement et économiquement défavorisé. Le quartier s'est largement transformé ces dix dernières années. Nombre d'anciennes usines y ont été transformées en universités ou en écoles (Faculté de droit et de la santé de l'Université de Lille 2, Institut d'Études Politiques de Lille, etc.) et de nombreux efforts sont également menés pour favoriser la création, l'expression et la diffusion culturelles au sein du quartier (Ouverture de la Maison Folie, centres culturels,...). En ce sens, L'Univers accueille également chaque année une programmation dans le cadre de Bienvenue à Moulins (BAM) en partenariat avec le Collectif Danton.

Le cinéma compte aussi parmi ses spectateurs réguliers quelques personnes aidées par l'Armée du Salut qui occupe un local dans la rue voisine. Cela nécessite de les accompagner et les orienter puisque certains d'entre eux ne savent pas lire et ne peuvent donc accéder à des films en version originale, mais ils reviennent régulièrement.

COLLECTIF : En quoi ce projet est-il un exemple de gestion collective ? Pourquoi avez-vous choisi un mode de gestion collectif ? Éditer

L'idée de ce cinéma, c'est qu'il n'y a pas de programmateur unique. Les associations membres se partagent le calendrier mais a priori, toute association peut y trouver sa place. L'équipe des deux salariés permanents assure un rôle de facilitateur essentiel. Elles essayent de favoriser l'entraide et, quand cela est pertinent, de lancer des dynamiques de rapprochement entre certaines associations, que ce soit sur le long terme ou sur un projet particulier.

Un système de membres actifs et de membres associés a été défini afin d'inciter les associations adhérentes à s'impliquer dans le lieu et ne pas venir « juste » consommer un service. Au départ, être membre actif signifiait participer régulièrement au Conseil d'Administration qui était un CA ouvert. Aujourd'hui, la formule a dû être revue du fait du passage d'un CA ouvert à un CA fermé. Désormais, les associations ont le choix dès leur adhésion de se positionner comme membre associé ou comme membre actif. Si elles pensent s'investir en tant que membre actif, elles ont certaines actions à effectuer au cours de l'année pour confirmer ce choix et voir le coût de leur adhésion réduit. Par exemple, être un membre actif peut vouloir dire être à la disposition d'associations plus récentes, ou ayant adhéré plus récemment à L'Univers et qui peuvent parfois avoir besoin d'aide pour l'utilisation du matériel. Cela passe aussi par la participation à des projets collectifs réunissant plusieurs associations ou encore la contribution aux petits cinés du DIATLA. Il est également prévu d'organiser une semaine des adhérents actifs pour donner à tous l'occasion de prouver qu'ils le sont.

Cependant, cela n'entre pas en considération dans la gestion de la programmation : seul le prix de l'adhésion varie. L'avantage de ce mode de gestion, c'est qu'il favorise les rencontres et le partage. C'est quelque chose qui a cependant du mal à prendre de l'ampleur car finalement, peu d'associations sont en demande de collectif, d'entraide. Seul un quart d'entre elles sont demandeuses. Régulièrement se tiennent à L'Univers des « Auberges espagnoles », organisées par les associations, ce sont des moments de rencontre privilégiés avec un écran ouvert et donc la possibilité pour tous de projeter le film qui leur tient à cœur.

FONCTIONNEMENT : Quelle place chaque individu conserve-t-il au sein du groupe ? Décrivez précisément les processus de décision en œuvre au sein du collectif. Ces processus ont-ils évolué dans le temps? Éditer

Auparavant, le CA était un CA très élargi où l'on retrouvait tous les représentants des associations membres. Dans un souci d'efficacité, les statuts ont été revus en 2011 et L'Univers fonctionne depuis en CA fermé de 6 à 12 membres. Cependant, lorsque des décisions importantes doivent être prises et que celles-ci concernent l'ensemble des associations, elles peuvent être réunies sous la forme d'un symposium par exemple.

Sur le plan pratique, lorsqu'une association décide de programmer une projection, elle doit réserver son créneau sur le planning. Il fut un temps où le planning n'était qu'une feuille de papier sur laquelle chaque association s'inscrivait mais l'on imagine bien que ce n'était pas un mode de gestion optimal, du fait des litiges que cela pouvait entraîner lorsque plusieurs associations souhaitaient projeter le même soir. Par la suite, il a donc été demandé aux associations de prendre contact avec la salariée de L'Univers en charge de la programmation dès lors qu'elles souhaitaient organiser une projection. Aujourd'hui, il est possible de le faire en ligne. Lorsque deux associations sont intéressées par le même créneau, L'Univers essaie de trouver un compromis entre les deux, voire leur propose de travailler ensemble si le thème ou la démarche choisie le permettent. Une fois que l'association obtient son créneau, libre à elle de proposer au public le ou les films choisis et de se charger ensuite de l'accueil du public et de la projection en elle-même. L'association est également responsable de l'entretien des lieux pendant et après la séance et se doit de rendre la salle et l'accueil dans l'état dans lequel elle les a trouvés en arrivant. Si l'association n'est pas familière avec le matériel, elle peut alors faire appel à une association plus ancienne qui accepte de l'aider.

RELATIONS : Comment ont évolué les différentes relations (soutien, tolérance, rejet, blocage, volonté de récupération, etc.) entre le collectif et son entourage (riverains, pouvoirs publics, partenaires choisis ou subis, parties prenantes, etc.)? Le collectif a-t-il attiré de nouveaux membres? Le collectif a-t-il perdu des membres? Le collectif est-il relié à d’autres réseaux (inter-régionaux, internationaux) Éditer

Depuis 1995 la Ville de Lille est propriétaire des murs et donc, L'Univers et la Ville de Lille sont de facto liés sur ce projet depuis son lancement. La Ville de Lille continue également d'être un soutien financier pour le cinéma, même si le montant de la subvention allouée a récemment diminué. Parmi les autres financeurs, la Fondation de France et FNAC Éveil et Jeux ont participé en 2011 au financement des ateliers DIATLA par exemple. En dehors de cela, la plupart des financements proviennent des collectivités territoriales (Ville, département, région).

Pour ce qui est des riverains, L'Univers s'efforce d'entretenir de bonnes relations avec ses voisins. C'est ainsi en partie pour cette raison que L'Univers n'accueille pas de concerts (simplement des ciné-concerts occasionnellement) car les locaux ne sont pas suffisamment insonorisés pour cela et que les voisins pourraient en faire les frais.

Au niveau des associations adhérentes, leur nombre a récemment augmenté. En effet, en 2001, il était déjà relativement élevé pour une telle structure puisque l'on comptait d'ores et déjà 48 associations adhérentes. En 2003, il atteint les 53 pour ensuite diminuer progressivement jusqu'en 2008, date à laquelle cela chute à 36 associations. L'Univers a pourtant su rebondir et l'année 2008 qui fut synonyme de changements a rapidement été effacée des mémoires puisque dès 2009, le cinéma comptait à nouveau 46 associations adhérentes. Aujourd'hui ce n'est pas moins de 65 associations qui ont adhéré en 2012. 32.3 % d'entre elles (21) sont inscrites en tant que membres actifs.

A VENIR : Quelles sont les perspectives à venir (croissance, développement,...) ? Quelles sont les attentes à court et moyen terme ? Quelles sont vos interrogations / craintes ? Éditer

L'Univers a pour projet de s'agrandir puisque le collectif devrait récupérer les locaux voisins. À cet égard, un symposium a eu lieu, auxquelles toutes les associations membres étaient conviées, dans le but de faire émerger les idées d'amélioration qui seraient communes à un grand nombre d'associations. L'Univers ne dispose pas encore des locaux mais les différents espaces qui devraient s'y créer sont d'ores et déjà déterminés : un véritable accueil (amélioration du hall notamment),un espace « labo photo », un espace « atelier de montage », un espace « DIATLA » adapté au jeune public et enfin, un espace de prévisionnement.

Pour que cela aboutisse, il faudra cependant obtenir l'accord et les financements nécessaires de la part notamment de la Mairie de Lille.

MULTIPLIER : Quelles sont les possibilités de transférer cette expérience sur d’autres territoires (conditions de duplication des savoirs et savoirs faire développés)? Éditer


Références

Communauté du projet

3 fans and 3 members

Joindre l'équipe

Vous trouvez ce projet inspirant ?

 Discuss

Partenaires

Ce projet n'a pas de partenaires connus pour le moment.