La tente des glaneurs

Quand la lutte contre le gaspillage crée du lien social

Information

← Revenir aux informations
Place du marché, Lille
FR France

Voir les 5 localisations
Site internet https://www.facebook.com/latente.desglaneurs
Maturité

Concept

A propos du projet Éditer

En France le gaspillage alimentaire représente 260 kg de nourriture par an et par personne. Afin de lutter contre cette gabegie, la Tente des glaneurs récupère des produits auprès des commerçants du marché et les redistribue de manière équitable tout en recréant du lien social.
13h30, les 650 commerçants du marché découvert de Wazemmes, un des plus grands d’Europe, commencent à plier boutique. Au même moment, à quelques mètres de là, un stand pas comme les autres ouvre ses portes, celui de La tente des glaneurs.

En quoi ce projet est-il singulier et créatif ? Éditer

Pas loin de 200 personnes patientent devant le barnum et les tables chargées de vivres. Elles viennent chercher un des cabas distribués gratuitement chaque dimanche par une équipe de bénévoles. Aujourd’hui, près de 700 kilos de fruits, de légumes, de fleurs et de pain glanés par l’association auprès des commerçants partenaires seront distribués.


Pendant la distribution, il n’est pas rare que des badauds séduits par le concept viennent faire des dons en nature (aucune monnaie ne circule sous la tente). Ainsi, ce dimanche, une paire de chaussure en parfait état amenée par une riveraine a trouvé preneur en quelques minutes.

Quelle est la plus-value sociale du projet ? Éditer


Même si les personnes accueillies connaissent pour la plupart des difficultés économiques (familles monoparentales, chômeurs en fin de droits, SDF, jeunes et aînés), Jean-Loup refuse de voir La tente des glaneurs comme « une tente du pauvre ». C’est pourquoi, aucun papier ni justificatif n’est demandé, « comme ça les gens ne sont pas stigmatisés. Si tu as une fin de mois difficile, tu peux venir », explique Mathieu un des « collaborateurs bénévoles » qui viennent ponctuellement donner un coup de main à la collecte et à la distribution. Et les économies réalisées sont substantielles : la valeur du cabas distribué oscille entre 15 et 25 euros, parfois plus en fonction des produits glanés par les « collaborateurs bénévoles ».

D’ailleurs, la redistribution alimentaire n’est pas le seul objectif de la Tente des glaneurs que son fondateur a imaginé comme étant un espace de solidarité et de convivialité, un relais social qui permet à des personnes précaires de ne pas sombrer dans l’isolement. « Il y a des personnes âgées qui s’habillent le dimanche pour venir à la tente. C’est parfois leur seule sortie de la semaine. Certaines personnes viennent à 11h pour discuter alors que la distribution ne débute qu’à 13h30 », s’enthousiasme Jean-Loup.

Rebecca*, qui vient presque tous les dimanches chercher son cabas, confirme l’utilité sociale de la tente : « Je me suis fait plein d’amis, ça permet de se changer les idées. On échange par exemple des recettes de cuisine entre nous ». Rien à voir avec les Restos du cœur qu’elle fréquente également mais où la distribution tourne parfois à l’épreuve de force. « On dirait des sauvages, c’est à qui va passer le premier alors que tout le monde aura à manger », regrette-t-elle.

Appréciée des « personnes accueillies », La tente des glaneurs est aussi plutôt bien vue par les commerçants. D’abord, parce qu’elle ne leur fait pas de concurrence. En effet, la distribution de paniers ne commence qu’une fois le marché terminé. Mais aussi parce qu’ils y trouvent un intérêt pécuniaire. « Plus ils jettent, plus ils sont taxés », explique Jean-Loup. En récupérant des aliments destinés à la poubelle, les glaneurs leur permettent de réduire leur taxe.

Pendant la distribution, il n’est pas rare que des badauds séduits par le concept viennent faire des dons en nature (aucune monnaie ne circule sous la tente). Ainsi, ce dimanche, une paire de chaussure en parfait état amenée par une riveraine a trouvé preneur en quelques minutes

Quel est le potentiel de déploiement de cette initiative ? Éditer

Quel a été le facteur déclenchant de ce projet ? Éditer

L’idée est partie d’un constat simple : chaque semaine, plusieurs tonnes de produits trop abîmés pour être vendus mais toujours parfaitement comestibles sont jetés en fin de marché. Une aberration qui poussait chaque semaine des dizaines de personnes à batailler pour repartir avec les meilleurs pièces.

Alors, il y a plus de deux ans, Jean-Loup a décidé de réagir : « j’ai créé La tente des glaneurs dans une démarche d’équité et de dignité, explique ce bénévole des Restos du coeur. J’en avais marre de voir les gens faire les poubelles pour manger, que ce soit le plus fort qui obtienne la plus belle récolte ». Fini la loi de la jungle. Ici, chacun a la garantie de repartir avec un cabas plein et varié en échange d’un sourire. Depuis l’ouverture de la tente en décembre 2010, 84 tonnes de nourriture ont été distribuées et près de 2500 familles ont été aidées.

Quel est le modèle économique de ce projet ? Éditer

En plus de créer « une alternative au gaspillage », selon les mots de Jean-Loup, La tente des glaneurs est également un espace d’expérimentation d’une nouvelle forme de bénévolat : l’engagement à la carte. Jean-Loup a bien compris que le XXIème siècle n’était plus celui de l’engagement le temps d’une vie auprès d’un parti, d’un syndicat ou d’une association. « La récurrence fait peur, argue-t-il. Alors nous disons aux volontaires de venir quand ils veulent ». Malgré l’absence de contrainte, le système a fait ses preuves ! En deux ans, ils n’ont jamais été moins de 6 à se lever le dimanche matin, malgré la météo parfois capricieuse ou lors des fêtes de fin d’année. « On a du mal à ne pas venir le dimanche », assure Cocotte, une des bénévoles de la première heure.

La légèreté de sa structure permet à La tente des glaneurs de faire école un peu partout en France. Des « franchises » sont sur le point de voir le jour (certaines ont déjà ouvert) à Caen, Paris, Rennes, Brest, Marseille ou encore Nîmes. Le système est d’autant plus facilement exportable qu’il n’y a « aucun de frais de fonctionnement », assure Jean-Loup. Ils ont juste besoin d’un local a proximité du marché (fourni par la municipalité) et un investissement de départ de quelques milliers d’euros pour acheter la tente et le matériel.

Jean-Loup n’a demandé aucune subvention publique pour éviter toute récupération. « Je ne voulais pas que ce soit la tente du PS, ou la tente de Martine Aubry », argumente ce coordinateur logistique dans l’événementiel. Il s’est néanmoins tourné vers une grande entreprise française pour financer les 5 000 € nécessaires. Du green et social washing a peu de frais pour l’entreprise en question, même si Jean-Loup assure que le sponsoring n’a aucune conséquence sur l’activité de la tente. Il laisse néanmoins entendre que maintenant que le matériel est acheté, il envisage de ne pas reconduire le partenariat.

Ce projet met-il en œuvre une forme d'intelligence collective et si oui, en quoi ? Éditer

Ce projet participe-t-il de la protection de l’environnement, et plus généralement, de la transition écologique ? Si oui, en quoi ? Éditer


Communauté du projet

2 fans and 0 members

Joindre l'équipe

Vous trouvez ce projet inspirant ?

 Discuss

Partenaires

Ce projet n'a pas de partenaires connus pour le moment.