Juifs, chrétiens et musulmans en co-location

"Friday, Saturday, Sunday" : Mosquée le vendredi, synagogue le samedi, église le dimanche, sous un seul et même toit

Information

← Revenir aux informations
London, Regent's Park
GB Royaume-Uni
Site internet Inconnue
Maturité

Concept

A propos du projet Éditer

Tel est le projet iconoclaste conçu par trois architectes britanniques, un juif, un chrétien, un musulman. Avec leur projet "Friday, Saturday, Sunday", Matthew Lloyd, Daniel Leon et Shahed Saleem proposent de bâtir un lieu de culte unique et multi-confessionnel.

Mosquée le vendredi, synagogue le samedi, église le dimanche. Parfaitement imaginé pour respecter à la lettre les trois pratiques religieuses !

En quoi ce projet est-il singulier et créatif ? Éditer

Les trois architectes envisagent de bâtir un lieu de prière partagé par les trois religions monothéistes. Il existe de tels lieux dans les aéroports ou dans les hôpitaux, mais ces espaces sont, selon ces architectes et plusieurs croyants, trop "neutres", dépourvus de caractère, sans spiritualité. Surtout, ils sont dépouillés de symboles cultuels.

Le lieu du projet "Friday, Saturday, Sunday" mettra au contraire en avant les symboles des trois cultes en respectant chacun des codes religieux (orientation, séparation des hommes et des femmes, espaces de prières dédiés, nefs et travées, etc.).

Les autres jours de la semaine, du lundi au jeudi, le lieu serait utilisé comme espace d'échange communautaire. L'aspect extérieur du bâtiment présenterait des éléments architecturaux issus des trois religions. Il s'agirait d'un bâtiment à la fois vivant et "assumé".

Quelle est la plus-value sociale du projet ? Éditer

Ce projet a 3 principaux objectifs :
- répondre à la pénurie des lieux de culte (hors pays arabes, les musulmans peinent à trouver des lieux de prière...)
- limiter les dépenses des groupes religieux (en Europe, les églises ferment, sont abandonnées, se transforment en cafés, appartements ou musées...)
- proposer un espace de tolérance et d'éducation (quel juif ou quel chrétien peut se targuer d'avoir assisté à une prière musulmane du vendredi ? Quel musulman a déjà assisté à la messe dominicale ?...).

Quel est le potentiel de déploiement de cette initiative ? Éditer

Si les dignitaires religieux voient d'un bon oeil le projet "Friday, Saturday, Sunday", ils mettent toutefois en avant les difficultés opérationnelles d'un tel lieu : les musulmans pratiquent leur religion 5 fois par jour, 7 jours sur 7, et le statut de mosquée ne peut être accordé qu'à un espace dédié de façon permanente à l'accomplissement de la prière en groupe. Dans le judaïsme, la synagogue n'est pas juste un espace de prière, mais est avant tout un espace communautaire, etc.

Bref, beaucoup de tensions et complications en perspective.

Quel a été le facteur déclenchant de ce projet ? Éditer

La volonté de répondre à la pénurie des lieux de cultes en rapprochant des communautés qui traditionnellement s'éloignent ou s'évitent.

La volonté d'ouvrir les sensibilités à une pratique plus oeucuménique de la religion, en exposant les traditions et croyances des 3 principales religions aux trois communautés concernées.

Quel est le modèle économique de ce projet ? Éditer

Le modèle économique du projet est encore en cours d'élaboration. Les architectes sont en phase de recherche d'investisseurs pour un espace qui pourrait être construit dans Regent's Park à Londres pendant l'été 2014.

Ils envisagent également la possibilité d'un lieu temporaire, par exemple érigé lors d'un festival afin de provoquer une conscientisation et des occasions d'échanges.

Les coûts d'opération de ce lieu de culte multi-confessionnel pourraient être financés directement par recours à des dons de chacune des trois communautés, sur un format proche de celui d'une coopérative. Le lieu pourrait aussi à terme abriter une école, ce qui pourrait permettre de mobiliser des sources de financement propres aux établissements éducatifs.

Ce projet met-il en œuvre une forme d'intelligence collective et si oui, en quoi ? Éditer

C'est en tout cas une bonne tentative dans ce sens : le discours des religieux de toutes confessions parle d'amour, de paix, de dialogue, voici une belle occasion de mettre ces mots en actes.

Ce projet participe-t-il de la protection de l’environnement, et plus généralement, de la transition écologique ? Si oui, en quoi ? Éditer

Peut-être, si le bâtiment est construit selon les normes modernes de qualité environnementale. Une autre façon d'aborder le problème serait d'affecter à plusieurs groupes religieux - avec quelques aménagements - les églises construites avant 1905 dont l'entretien est, en France, à la charge des communes donc du contribuable (quelle que soit sa confession). Cela éviterait la construction de bâtiments supplémentaires et donc limiterait l'artificialisation des sols.


Communauté du projet

5 fans and 0 members

Joindre l'équipe

Vous trouvez ce projet inspirant ?

 Discuss

Partenaires

Ce projet n'a pas de partenaires connus pour le moment.