Frères ennemis

Donner la parole des 2 côtés du mur israélo-palestinien: théâtre documentaire joué par les réfugiés, reportages et édition de livre.

Information

← Revenir aux informations
Strasbourg
FR France
Site internet http://www.rodeodame.fr/
Maturité

En développement

A propos du projet Éditer

En août 2013, nous partirons dans le camp d'Aïda (Bethlehem, Palestine) afin de monter une pièce de théâtre documentaire portant sur le conflit israélo-palestinien.

Cette pièce a été écrite suite à un voyage en Palestine et en Israël en 2012.

Elle est nourrie de rencontres fortes avec Ayala, ancien soldat de Tsahal, qui participe à Breaking the Silence et qui raconte les exactions qu'il a du commettre au nom d'Israël, avec Adnar du Théâtre de la Liberté (freedom theater) dans le camp de réfugiés de Jénine, de déclarations du candidat à la présidentielle, Mister America, et de l'élection officielle de Miss Holocaust qui se déroula fin juin 2012 en Israël et qui désigna une grande gagnante parmi les 300 rescapés de la Shoah qui s'étaient présentées.

Pour le KIng David Show, l'auteur s'est appuyée sur le travail de la réalisatrice Yolande Zaubermann Would you have sex with an Arab?, un documentaire cherchant à interpeller du côté israélien et palestinien. Parmi les interviewés, Juliano Mer-Khamis, directeur du Théâtre de la Libérté de Jénine, prend la parole et déclare baiser des deux côtés du mur, qu'importe la carte d'identité.


En parallèle de cette création documentaire, nous proposerons pendant un mois, chaque matin, des ateliers artistiques aux réfugiés du camp (photo, danse, théâtre, micro-édition...).

De plus, en allant là-bas, nous apporterons tous les fanzines collectés ces derniers mois, pour constituer une "Fanzinothèque" (bibliohtèque de fanzines).

En quoi ce projet est-il singulier et créatif ? Éditer

La pièce, qui sera répétée et jouée en août 2013 dans le camp d'Aïda, ne sera jouée que par les réfugiés eux-mêmes, qui interpréteront leurs propres rôles.
Notre équipe assure auprès des réfugiés le travail de jeu, de chorégraphie, la scénographie et toute la partie technique, mais sur scène, il n'y aura que les réfugiés volontaires pour devenir passeurs de des voix des deux côtés du mur.
Nous crééerons la pièce dans le centre culturel du camp d'Aïda: Al Rowwad.
Là-bas, une cinquantaine de réfugiés s'activera pour la création, assurant tous les rôles de la pièce, mais aussi l'interprétariat, la création des costumes et des décors à nos côtés.

Quelle est la plus-value sociale du projet ? Éditer

Le livre "Frères ennemis" propose le texte de la pièce documentaire en version bilbingue (fançaise et arabe littéraire) ainsi qu'un reportage photographique retraçant toute cette aventure humaine, des répétitions à la représentation de la pièce.

Ce livre offrira aussi des extraits de témoignages de réfugiés et permettra d'appréhender la question de la place du théâtre et de l'art dans une situation de crise comme celle-ci.

La création artistique permet de dialoguer dans ce contexte tendu où chacun est de son côté du mur, et représente une alternative à la violence.

Le livre permet de faire connaître la volonté de ne pas céder à la violence, car, comme le dit le pacifiste Abdelfattah Abusrour, directeur du centre culturel d'Al Rowwad :"même en défendant une cause juste, si l'on pratique la violence, on perd son humanité." Il a donc choisi de créer ce centre pour permettre aux autres réfugiés de trouver une alternative à la haine et à la surenchère de violence dans ce conflit.

Quel est le potentiel de déploiement de cette initiative ? Éditer

En plus du livre édité au retour, nous projetons de réaliser un documentaire vidéo posant la question: "Peut on faire du théâtre partout?".
La pièce devrait quant à elle être reprise en France, avec des extraits documentaires de ce film, des répétitions et des représentations réalisées à Aïda, afin de mêler les voix du Nord et du Sud.

Quel a été le facteur déclenchant de ce projet ? Éditer

Deux d'entre nous se sont rendus personnellement en Palestine en juillet 2012 pour une visite d'organisation du projet. Face à la montée de l'islamophobie et à la crainte liée aux Arabes, nous voulions repenser les relations entre les deux pays par le biais des jeunes citoyens directement. De plus, avoir choisi le camp de réfugiés d'Aïda nous permet de faire l'expérience d'une difficulté de représentation et de conflits politiques pour ces citoyens "en marge". La question de l'inclusion est très présente dans tout ce projet.

Quel est le modèle économique de ce projet ? Éditer

Nous n'avons aucun soutien étatique ou publique en raison du lieu où se déroule ce projet. Nous faisons appel aux dons de particuliers et aux mécénats ce qui rend le montage du projet difficile.

Ce projet met-il en œuvre une forme d'intelligence collective et si oui, en quoi ? Éditer

Ce projet participe-t-il de la protection de l’environnement, et plus généralement, de la transition écologique ? Si oui, en quoi ? Éditer


Communauté du projet

0 fans and 0 members

Joindre l'équipe

Vous trouvez ce projet inspirant ?

 Discuss

Partenaires

Ce projet n'a pas de partenaires connus pour le moment.