Portrait: Christian Amougou Mbazoa et Net!2Plan

Dernière mise à jour le 4 juillet 2013.

Portrait: Christian Amougou Mbazoa et Net!2Plan

Lors d’un billet précédent, nous avons mis en valeur le projet Net!2Plan, qui est porté par un membre de notre communauté[1], Christian Amougou Mbazoa. Le présent portrait fait suite à un entretien avec Amougou Mbazoa à propos de son parcours, du projet Net!2Plan et de l’innovation sociale en Afrique ou ailleurs.

Parcours personnel

Amougou Mbazoa se décrit de la façon suivante:

Etudiant en fin de cycle Master à l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE), de nationalité Camerounaise, soucieux de mettre en pratique les connaissances académiques et expériences scolaires au bien être de la société pour contribuer au développement économique des [Pays les moins avancés [PMA] .

Contexte

Le contexte camerounais dans lequel il a grandi contribue à expliquer l’implication de Christian Amougou Mbazoa au développement économique des PMA:

Né dans un pays où les pratiques sociales et environnementales sont loin d’être responsables, je me suis pourtant depuis toujours impliqué pour être un acteur du développement durable. Ma priorité est d’agir pour une meilleure gestion des ressources naturelles et de l’environnement et je suis passionné par les entreprises alliant développement économique et social. Pour ce faire, je me suis lancé dans de nombreuses activités pour acquérir de l’expérience. J’ai tout d’abord été un membre très actif du Club Environnement de mon Lycée au secondaire (1999–2006) à Yaoundé au Cameroun.

L’école

Bien des choses se sont mis en place pour Christian Amougou Mbazoa lorsqu’il a intégré l’Institut international de l’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (Fondation 2iE). Cette fondation constitue, selon Amougou Mbazoa, «une Afrique en miniature», mettant en présence des étudiants provenant de plus de trente pays africains.

Dès son entrée à la fondation, Amougou Mbazoa s’est impliqué dans plusieurs activités associatives et entrepreneuriales. Le Junior Entreprise BEST est un bureau d’études dirigé par des étudiants du 2iE. Ce bureau réalise des prestations de services dans les domaines de l’eau, de l’environnement, de l’énergie et des infrastructures pour les entreprises locales. Au sein de ce bureau, Amougou Mbazoa a acquis des atouts considérables en prospection commerciale, en gestion et en intelligence économiques, ainsi qu’en conception d’équipements techniques.

Christian Amougou Mbazoa

Accomplissements et projets

Les accomplissements d’Amougou Mbazoa démontrent bien son statut d’innovateur:

  • Secrétaire Général de l’Association des étudiants du 2iE (2008/2009).
  • Comptable et coordonnateur de la Junior Entreprise BEST du 2iE, depuis 2010.
  • Délégué de sa promotion depuis 2011.
  • Finaliste, en mai 2011, du Challenge Humanitech organisé à Paris par la Fondation Casques Rouges pour promouvoir l’invention humanitaire.
  • Lauréat, en juin 2011, du deuxième prix et et du prix du développement durable lors du concours de business plan de la Fondation 2iE.
  • Participation, en juillet 2011, à la première édition des FrancoPrenariats, une université d’été sur l’entrepreneuriat technologique dans le domaine des énergies durables.
  • Bourse de l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ) soutenant sa participation à la formation FrancoPrenariats à Albi en France.

Avec le projet Net!2Plan:

  • Lauréat du Carrefour des Possibles, en décembre 2011.
  • Finaliste GSVC-EMEA à ESSEC Paris, en mars 2012.

Outre le projet Net!2Plan, Amougou Mbazoa a lancé les projets suivants:

  • Le projet Healthy Camps vise à limiter la pollution des nappes phréatiques par le développement d’abris en bambou équipés de latrines surélevées.
  • Le projet Ass’eau PhytO, a pour objectif principale d’améliorer l’accès aux techniques d’assainissement de base tout en promouvant des pratiques domestiques plus hygiéniques.

L’enjeu

Au cours de notre entretien, Christian Amougou Mbazoa mentionnait un enjeu de base, touchant à la fois à la technologie et au développement:

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) n’accompagnent pas suffisamment la planification et l’émergence du secteur agricole.

Face au fossé entre les NTIC et le secteur agricole, Amougou Mbazoa note:

  • Le manque de connaissance des agriculteurs en matière de NTIC.
  • L’utilisation d’outils caducs en gestion de bases de données des services agricoles, au lieu d’outils récents qui pourraient optimiser le rendement de production et les échanges entre agriculteurs et investisseurs.
  • Le manque d’information contextuelle pouvant être utilisée par les agriculteurs au moment opportun pour optimiser, par exemple, les techniques culturales selon la période de l’année ou l’utilisation d’engrais naturels en vue d’une meilleure productivité annuelle.

Amougou Mbazoa entrevoit bien l’impact que les NTIC pourraient avoir dans ce contexte:

La gestion intégrée des ressources appliquée aux NTIC contribue à améliorer les conditions de vie des populations en ce sens qu’on aboutit à l’implantation des projets de développement et donc au développement économique des collectivités ayant atteint un bon niveau de visibilité.

Selon lui, cette application des NTIC à la gestion intégrée des ressources permet d’agir efficacement en réduisant à la fois l’investissement financier nécessaire à la planification des projets de développement et le temps demandé par la collecte de données. Pour résumer l’effet des NTIC dans la gestion des ressources par les parties prenantes elles-mêmes, Amougou Mbazoa utilise la formule suivante:

« De chez toi sans avoir à te déplacer tu as des informations récentes et tu peux prendre de bonnes décisions »

Cet effet est particulièrement marqué dans le cas de la cartographie interactive:

La cartographie interactive augmente l’ergonomie du travail sur une zone donnée, elle permet en un clic de matérialiser, d’ajuster ou de modifier des informations sur une composition spécifique. C’est un élément clé pour le développement des communautés.

Le projet

Le projet Net!2Plan est une réponse directe à cet enjeu. Il met la cartographie au service de la prise de décision dans la gestion intégrée des ressources.

Résumé Net!2Plan

Net!2Plan est une entreprise sociale proposant un outil accessible en ligne qui permet à la fois de géolocaliser les infrastructures de base (forages, puits, écoles, centres de santé, etc.) et de gérer les informations du secteur agricole afin de contribuer à une meilleure sécurité alimentaire.

Ces données sont combinées à des données démographiques et aux statistiques territoriales issues des derniers recensements et enquêtes (démographie, PIB/habitant, taux de mortalité infantile, taux d’alphabétisation…) sur une zone donnée.

Cela permettra aux décideurs, investisseurs, agriculteurs et autres bailleurs d’opérer avec davantage d’efficacité sur les questions de développement et d’optimiser les actions de la chaine du secteur agricole.

Notre mandat social est de « faciliter l’implantation des projets localement, contribuer pour la sécurité alimentaire et une meilleure répartition des infrastructures sociales de bases afin d’améliorer le développement économique des Pays les moins avancés. »

Suite à des études de marché effectuées au Burkina Faso, en Côte d’ivoire et au Cameroun, l’équipe fait un constat clair: Net!2Plan est une nécessité pour contribuer à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement fixés à l’horizon 2015 (OMD–2015).

En ce moment, le projet se concentre sur une zone sensible du nord soudano sahélien du Cameroun, où divers acteurs du développement tentent d’améliorer les conditions de vie des populations. Bordée par la République fédérale du Nigeria à l’ouest et par la République du Tchad et la République Centrafricaine à l’est, cette région est composée des régions administratives de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord.

Les étapes du projet

Le projet Net!2Plan est le fruit de la coopération entre trois membres du bureau d’études Junior Entreprise BEST de la Fondation 2iE. Selon Amougou Mbazoa, ce bureau est une «micro structure au sein de l’école réalisant des prestations de services pour les acteurs de développement agissant au Burkina Faso». Les trois étudiants ont été sollicités par le service de coopération allemand GiZ pour une étude[2] sur la commune de Houndé (province du Tuy, Burkina Faso). Ils ont fourni à cet effet un essai d’implémentation d’un prototype de consultation de données tournant en local, accessible par un navigateur web, basé sur le Framework Veremap.

Amougou Mbazoa poursuit:

Ainsi après cette étude nous avons fait quelques prospections et nous nous sommes rendu compte qu’il y a un véritable problème pour l’atteinte rapide des Objectifs du Millénaire pour le développement fixés à l’horizon 2015. Un constat partagé de tous est le triple manque de données, de synchronisation et de partage de l’information entre les acteurs concernés.

Ainsi après avoir eu l’idée de monter le projet Net!2Plan pour apporter ma part de gâteau à l’édifice, je me suis entouré de mes camarades qui partageaient la même vision que moi et c’est ainsi que le projet à vu le jour.

Une fois le projet établi nous avons commencé à travailler avec la Technopole 2iE qui est un service de la fondation 2iE qui accompagne les jeunes promoteurs de projet innovant à peaufiner leur idée de projet.

Nous avons par la suite participé au Carrefour des possibles (CDP) Afrique 2011 où nous avons été retenus parmi les 10 meilleures innovations de l’année. Il nous a donc été donné de performer notre projet devant des experts présents durant le CDP.

C’est d’ailleurs au CDP qu’Amougou Mbazoa a fait la connaissance d’I4P. Le projet se poursuit:

Par la suite nous avons participé à l’une des plus grandes compétitions de plans d’affaires à fort impact social du monde entier la Global Social Venture Competition (GSVC). Nous sommes finalistes EMEA de cette compétition et nous avons eu la possibilité de beaucoup travailler sur notre modèle d’affaires et sur le plan d’affaires.

Le projet étant destiné aux PMA, après l’étude de marché réalisée au Burkina Faso et en Cote d’ivoire nous nous sommes rendu compte qu’il y a un marché potentiel au Cameroun (zone prévisionnelle de démarrage) d’après deux nouveaux membres qui ont rejoint l’équipe.

En fait pendant leur stage au Cameroun avec des ONG de référence travaillant sur le développement communautaire, ils ont pu effectuer une étude de marché montrant la nécessité de Net!2Plan au Cameroun pour contribuer à résoudre les problèmes d’accès aux infrastructures sociales de bases et à la sécurité alimentaire.

Moments marquants

Le projet Net!2Plan a été marqué jusqu’à présent par divers moments. En plus des étapes de développement mentionnées plus haut, Amougou Mbazoa note:

  • Les longues séances de remue-méninges,
  • La création d’un modèle d’affaires adapté à l’environnement local,
  • La nécessité de convaincre des acteurs de développement du caractère incontournable de la solution proposée.
  • Le développement d’une approche participative permettant de travailler en réseau avec les collectivités, associations, ONG et petits agriculteurs.

Besoins de Net!2Plan

En ce moment, le projet Net!2Plan cherche à la fois du financement pouvant démarrer le projet et des partenaires techniques permettant la gestion d’information à une plus grande échelle.

Le coût prévisionnel d’amorçage de Net!2Plan s’évalue à 72 500 €, soit un apport sur fonds propres de 17.000 € (23%) et nous sommes à la recherche de 56.000 € (77%)

Ce montant devrait couvrir, entre autres, l’architecture logicielle, l’hébergement des données, la maintenance de l’équipement, la gestion des métadonnées et stockage des données.

Les investisseurs potentiels peuvent contacter Amougou Mbazoa pour avoir plus de détails au sujet des besoins de financement du projet.

Conseil aux jeunes entrepreneurs

Se référant au Mahatma Gandhi, Amougou Mbazoa offre le conseil suivant aux jeunes entrepreneurs qui désirent suivre un parcours similaire au sien:

« Sois le changement que tu veux voir »

Je dirais que, pour moi, le changement c’est maintenant et non demain. Il suffit d’observer son environnement ou son biotope et essayer d’apporter des solutions réalisables et réalistes, c’est-à-dire des solutions alliant la viabilité économique et sociale.


  1. Christian Amougou Mbazoa est aussi membre du Dell Social Innovation Challenge  ↩

  2. Plus d’information à propos de cette étude se trouve sur le portail de la Fondation 2iE.  ↩

Article suivant

Article précédent

Articles associés

Articles similaires

Commentaires

Pas de commentaires.

Pingbacks

Les pingbacks sont ouverts.

Trackbacks

URL de Trackback

You need to login to comment. Connexion.