Innovation sociale : entre buzz et apartheid

Last update on Sept. 28, 2012.

INNOVATION SOCIALE : ENTRE BUZZ ET APARTHEIDAs time goes on, it is becoming increasingly difficult to avoid the new obsession that seems to have infiltrated the political speeches and agendas of our international elite. From Barack Obama’s Social Innovation Fund to David Cameron’s Big Society project, to Muhammad Yunus’ Social Business, and François Hollande’s Social Economy growth—they all proclaim the dawn of a new era, the era of social innovation and its post-capitalist surrogate, social entrepreneurship. In other words, a period of radical reinvention of products, services, and social structures to provide citizens with a way to “live together better.” Young people are fired up. Stanford University and MIT auditoriums are full of students suddenly infected with altruism—feverish with contagious, almost pandemic, empathy. They all have the same burning question: how can we spread the common good, while generating enough wealth to escape the all too conventional and charitable label of the “social economy”? The answer seems obvious: reinvent society by reinventing social innovation financing. In the last few years, various experiments carried out here and there clearly seem to have “revolutionized” the financing of social and community entrepreneurship: micro-financing, peer-to-peer funding, social venture capital or venture philanthropy, foundations developing impact investing, alternative currencies, etc. The possibilities seem endless, or more specifically, the possibilities will not be confined within the limits imposed by conventional social financing tools. Solidarity is a salutary movement, although it must avoid becoming fenced in by a system that has historically remained within narrow confines, entrenched within the only cooperative banks, philanthropic foundations (many of which still have difficulty fitting social innovation into “the mould”), and non-profit organizations (the precursors to volunteering and system D). Now for the hype.

INNOVATION SOCIALE : ENTRE BUZZ ET APARTHEIDDifficile, par les temps qui courent, d’échapper à la nouvelle obsession qui s’est emparée des discours programmatiques de nos élites internationales. De Barack Obama («Social Innovation Fund») à Bill Gates («Creative Capitalism»), de David Cameron («The Big Society project») à François Hollande («L’ESS au cœur de la croissance»), tous proclament haut et fort l’avènement d’une nouvelle ère : celle de l’innovation sociale et de son succédané post-capitaliste, l’entrepreneuriat social. Autrement dit, une ère de réinvention radicale des produits, services et agencements sociétaux afin de permettre aux citoyens de « mieux vivre ensemble ». Jeunesse s’enflamme : l’université Stanford et le MIT remplissent leurs auditoriums d’étudiants soudainement frappés du virus de l’altruisme, tout enfiévrés par les vapeurs d’une empathie contagieuse, presque pandémique. La Commission Européenne sanctifie même l’entrepreneuriat social comme l’un des 12 piliers de l’Acte pour le marché unique, rien de moins. Une question est dorénavant sur toutes les lèvres : comment répandre le bien commun tout en créant suffisamment de richesse pour sortir du giron caritatif de la trop conventionnelle « économie sociale » ? La réponse semble couler de source : réinventer la société en réinventant le financement de l’innovation sociale. En effet, force est de constater que, ces dernières années, de multiples expérimentations ont vu le jour, de ci, de là, qui semblent « révolutionner » le financement de l’entrepreneuriat social et communautaire : micro-financement, financement « peer to peer », capital risque social ou « venture philanthropy », fondations pratiquant « l’impact investing », monnaies complémentaires, etc. L’imagination semble ne pas avoir de limites ; ou plus spécifiquement, ne plus tolérer les limites imposées par les outils conventionnels du financement du champ social. Mouvement salutaire, tant il est vrai que la solidarité ne peut se laisser enfermer dans les contraintes d’un système qui s’est historiquement cantonné, en dehors des seules banques coopératives ou mutualistes, aux fondations philanthropiques (nombre d’entre elles peinent encore à faire rentrer l’innovation sociale « dans les cases ») et aux organismes à but non lucratif (fief du bénévolat et du système D). Voilà donc pour le buzz.

This hype is truly preventing us from seeing the forest for the trees. Can we rationally assume that the launching of a collaborative funding website in California or a fund generously endowed with a few million dollars will be enough to generate the “bandwidth” necessary to fuel millions of citizen social innovation initiatives being developed everyday, on a global scale? Is there not a persistent form of apartheid that, with the exception of a few projects that manage to find their needle in the social financing haystack, perpetuates the structural divide between private capitalism, and social and community-based post-capitalism? How then must we interpret the results of these scattered social experiments? Experiments that have difficulty finding support on the path toward widespread generalization. One thing is for certain: all this sporadic activity within the realm of responsible finance has, at the very least, generated the right questions :

  • How can we provide a broader support for the launching and long-term sustainability of such crucial, yet fragile social activities?
  • How can we create the value required to decently remunerate all legitimate vocations?

It is surprising that these two decidedly political questions do not occupy a more important place in political programs, media pressure, and open forums. Though hype has an undeniable motivational force, surely it will not generate enough momentum to drive the transformation of market capitalism toward its new incarnation, social capitalism. As long as we fail to create universal conditions, in both regulatory and institutional forms, we fail to support a new generation of social entrepreneurs—innovators who aim to generate :

  1. A diversified investor base where levels of risk tolerance are intrinsically variable
  2. Levels of Income comparable to private middle management
  3. Secured assets in the form of asset holdings (equity shares) that could be sold at retirement or change of career

The first objective recognizes various classes of investors such as, public donors, private contributors, business angels, foundations, and institutional investors, willing to assume different investment returns and varying levels of creditor protection against bankruptcy. The second objective, related to income, addresses a glaring imbalance: can we sustainably justify the fact that a private sector employee has a higher market value than a social entrepreneur? Their skills and talents are equivalent, if not in terms of function, then certainly in value. The third objective can be encapsulated in a single statement: the social economy must not be built upon individual time bombs that risk being triggered during periods of inactivity or upon the retirement of its entrepreneurs. The UK launched its Community Interest Companies, followed closely in the US by the aptly named, Low Profit Limited Liability Company. Both have the same goal: to usher social entrepreneurship into the 21st century through the massive mobilization of capital flow. These two hybrid capital structures are the key to unleashing substantial financial sources. Let us make our voices heard by the governing elite: It is time to nurture the common good—to generalize and disseminate these new types of entities. What steps are being taken, by our public visionaries, our jurists, and our legislators, to address this issue? The end of this third sector apartheid, within the dominant private sector, will be achieved only through the swift resolution of this systemic question. Would this not also motivate future generations to become fully engaged in public life and demonstrate their vital creativity? Frank Escoubès Founder, Imagination for People --- Source de l'image : Institut du Monde Arabe - Mousharabieh par Serge Melki

Car il s’agit bel et bien de l’arbrisseau qui cache la forêt. Peut-on décemment, en effet, considérer que la création d’un site de financement collaboratif en Californie ou d’un fonds généreusement doté de quelques millions de dollars puisse générer la « bande passante » suffisante pour alimenter les millions d’initiatives sociales citoyennes qui naissent et se développent chaque jour à l’échelle de la planète ? N’y a-t-il pas une forme persistante d’apartheid qui, à l’exception de quelques projets trouvant miraculeusement leur aiguille dans la botte de foin du financement social, maintient un clivage structurel entre le capitalisme privé et le post-capitalisme social et communautaire ? Comment finalement interpréter ces « coups de sonde » hétérogènes qui peinent à trouver les béquilles d’une véritable généralisation urbi et orbi ? Une chose est certaine, toute cette effervescence spasmodique dans le domaine du financement responsable a au moins le mérite de poser les bonnes questions :

  • Comment soutenir beaucoup plus largement le lancement et la pérennisation d’activités sociales si nécessaires et pourtant si fragiles ?
  • Comment créer la valeur requise pour rémunérer décemment toutes ces vocations utiles ?

Deux questions éminemment politiques, dont il est surprenant qu’elles ne fassent pas davantage partie des programmes de partis, des pressions médiatiques et des tribunes libres. Même si le buzz qui précède a ses vertus énergisantes, gageons qu’il ne suffira pas à faire basculer le capitalisme de marché vers son nouvel avatar, le capitalisme de société. Et ce tant qu’on n’inventera pas les conditions universelles, de nature règlementaire et institutionnelle, permettant à une nouvelle génération d’entrepreneurs sociaux de se lancer dans l’aventure avec la perspective de se constituer :

  1. Une base d’investisseurs diversifiée dont les niveaux de tolérance au risque sont intrinsèquement variables
  2. Une rémunération comparable à celle du middle management privé
  3. Un patrimoine sécuritaire sous la forme de la détention d’actifs (des parts sociales ou capital-actions d’entreprises sociales ?) qui pourront être cédés lors du départ à la retraite ou d’un changement de carrière.

Le premier objectif reconnaît l’existence de plusieurs classes d’investisseurs (financeurs publics, contributeurs privés, fondations, investisseurs institutionnels, etc.) susceptibles d’assumer différents retours sur investissement et différents niveaux de protection contre les créanciers en cas de défaut. Le second objectif, lié à la rémunération, s’attaque à une inégalité flagrante : peut-on durablement justifier qu’un employé du secteur privé raisonnablement rétribué vaille davantage sur le marché qu’un entrepreneur social ? Talents et compétences ne sont-ils pas, sinon de même nature, au moins de même stature ? Enfin, le troisième objectif relève de la reconnaissance d’un fait : l’économie sociale ne peut être l’organisation collective de bombes à retardement individuelles sur le plan du financement des périodes d’inactivité et des retraites de ses acteurs. C’est pourquoi le véritable « social business » doit se poser dès aujourd’hui la question de sa dimension patrimoniale et inventer les réceptacles juridiques correspondants. La Grande-Bretagne a lancé ses Community Interest Companies, suivie de près par certains États américains avec la bien-nommée Low Profit Limited Liability Company. Dans les deux cas, l’enjeu est le même : faire entrer l’entrepreneuriat social dans le XXIe siècle de la mobilisation massive des capitaux. Car ces deux structures aux fonds propres hybrides sont le sésame d’accès à des poches financières considérables. Osons donc poser la question suivante aux élites gouvernantes : n’est-il pas temps, pour le bien de la collectivité, d’en accélérer la généralisation ? Que font donc, dans ce domaine, nos visionnaires publics, nos juristes et nos législateurs ? La fin de l’apartheid du secteur social au sein du régime privé dominant passera vraisemblablement par la résolution rapide de cette question de nature systémique. Ne serait-ce que pour donner le goût aux futures générations de s’engager complètement dans la vie de la Cité, et d’y faire preuve de la créativité requise… Frank Escoubès --- Source de l'image : Institut du Monde Arabe - Mousharabieh par Serge Melki

Next entry

Previous entry

Similar entries

Comments

Pingbacks

Pingbacks are open.

Trackbacks

Trackback URL

You need to login to comment. Log in.